News L'adieu à Johnny Primaire de gauche Sous le regard de Jeanne d'Arc Reportages Divine vocation Des moines sur les pas du Dalaï Lama Le front de l'air est rouge L'académie des pieds nus Sida, une vie de survivance L'hôpital des prémas khmers Séries Đổi mới Little New Saigon Japan street sight Illusion rêvée Portraits Act Up, toujours debout L'art de militer Serviteurs du funéraire Multimédia Happy New Year Vietnam ! Tag ma vie avec le VIH Sida, une vie oubliée C'est koi ce cirque ?! Publications A propos Contact

Sida, une vie de survivance

 

A 67 ans, Alain est un rescapé. Contaminé par le VIH en 1991, il a survécu à l'hécatombe des années sida. L'arrivée des antirétroviraux au milieu des années 1990 l’a sauvé comme des milliers d’autres personnes séropositives en France. Pour la grande majorité d’entre elles, la maladie est devenue chronique, presque banale, et la vie a repris son cours quasi normal. Mais Alain n’a pas eu cette chance. Parce qu’il était à un stade plus avancé de la maladie, il ne s’est pas relevé physiquement. Même s’il a réussi à stabiliser le VIH, il cumule les pathologies lourdes. Ne s’attendant pas non plus à continuer de vivre et à vieillir, il n’a quasiment pas construit son avenir. Lui qui n'a pas vu sa femme et ses enfants depuis une dizaine d’années, alterne les séjours toujours plus longs à l’hôpital, espérant toujours se reconstruire un bout de vie qui lui échappe dans son appartement parisien laissé en désuétude depuis des années.

 

Comme un millier de personnes séropositives, rien qu’en Ile-de-France, Alain fait partie de ces malades invisibles, souvent oubliés des associations de lutte contre le sida, parties sur d’autres combats. Leur santé précaire ne leur a pas permis de retrouver un travail et une vie affective. Tous souffrent d’une grande solitude, venue au fil du temps à la suite de la perte de leurs amis, décédés ou qui se sont éloignés. D’autres ont préféré couper les liens avec l’entourage car cela les renvoie à leur échec. Leur vie s’est arrêtée, vide de sens. On pense les trouver seuls chez eux, mais un grand nombre vit à l’hôpital depuis des années, avec des tableaux cliniques très compliqués : polyhandicapés et en fauteuil roulant, victimes de troubles neurocognitifs ou d’AVC. Pour ces personnes, le combat contre le VIH n’est pas du tout fini et certaines risquent de perdre la partie.

 

Ce reportage a obtenu le prix spécial du jury 2015 au Grand Prix étudiant Paris-Match.

 

 

 

 

 

 

 © copyright Olivier Donnars - Tous droits réservés - 2018 Reproduction interdite sans autorisation de l'auteur
www.000webhost.com